Être sociable : du rêve à la réalité

Des amis sociablesUne fois n’est pas coutume, j’ai décidé aujourd’hui de vous proposer un article un peu particulier.

Je reçois en effet de nombreuses demandes de sujets via le formulaire de contact du blog et me voici devant mon clavier pour tenter de répondre à l’une des dernières en date :

Comment être sociable, se faire des amis et s’épanouir dans nos interactions avec autrui ?

De nombreuses circonstances, dont vous n’êtes pas nécessairement responsable, peuvent en effet vous pousser à devoir reconstruire un cercle d’amis, de connaissances, de gens avec qui partager.

Le cas le plus fréquent étant celui du déménagement.

Et je sais de quoi je parle. À part ma partenaire, je ne connaissais absolument personne avant de débarquer au pays des Vikings ! Et comme tout un chacun, j’ai dû à presque 30 ans, réapprendre ce que signifiait être sociable.

En évoluant dans un environnement familier, nous prenons nos habitudes, développons des contacts de manière naturelle et le temps se charge de favoriser notre intégration et notre acceptation au sein de ce dernier.

Cette attente n’est pas facile à vivre et comme pour toute évolution personnelle, il faut être capable développer un ensemble de qualités, de dispositions psychologiques afin de servir d’éléments déclencheurs.

En résumé, vous ne pourrez jamais être sociable en restant dans votre coin et en refusant de vous ouvrir aux personnes ou aux opportunités qui s’offrent à vous.

1. Être sociable en balayant ses peurs du revers de la main

Il est bien évident que si vous avez encore des difficultés à nouer le contact avec les personnes de votre entourage, c’est sur vous-même qu’il va falloir agir en priorité. Mais par où commencer ?

La première nécessité, c’est bien évidemment de mettre à jour (et d’entretenir au quotidien) votre réelle volonté, votre désir et votre motivation à développer les qualités vous permettant de tisser des liens sociaux.

Après tout, l’Homme évolue depuis la nuit des temps de par les interactions qu’il entretient, non ?

Pour être sociable, il convient de déconstruire un certain nombre de barrières, de croyances qui freinent encore votre propension à évoluer naturellement lorsque vous rencontrez des inconnus.

Si ces dernières sont facilement identifiables, elles sont parfois difficiles à contourner.

Le regard d’autrui, la peur du jugement, le manque de confiance en soi… vous poussent en effet à remettre en cause votre affirmation personnelle et à refuser inconsciemment de partager les valeurs des autres membres de votre environnement.

Être sociable, c’est en fait comprendre que les personnes qui vous entourent n’ont aucune légitimité à porter des jugements de valeur sur vous avant de vous avoir adressé la parole.

C’est souvent le cas, mais dites-vous bien que cela peut changer en quelques minutes. Il faut pour cela que VOUS preniez l’initiative d’impulser l’interaction.

Mettez-vous quelques secondes à la place des gens que vous aimeriez côtoyer et demandez-vous pourquoi ils ne viennent pas spontanément vers vous : sans doute car votre appréhension est lisible, traduisible par vos réactions, votre comportement.

Il est possible que vous paraissiez fermé, recroquevillé, imperméable, comme si vous vouliez fuir, éviter le contact à tout prix.

Et quid de votre communication non verbale ? Un regard fuyant, la tête baissée, le dos courbé… ne vous érigeront pas comme une personne charismatique.

Vous le comprenez, la première nécessité pour être sociable, c’est donc, comme souvent, de s’adonner à l’introspection pour renforcer votre psychologie face à l’idée de rencontrer du monde.

2. Être sociable en favorisant l’ouverture d’esprit et les nouvelles expériences

Le constat est simple, mais cinglant : on ne peut pas devenir sociable en attendant que quelqu’un vienne frapper à notre porte pour nous prendre par la main.

Il est évident que votre propension à vous faire une place dans votre sphère relationnelle dépend de vous.

Cette impulsion est relativement simple à mettre en place.

Demandez-vous simplement : qu’est-ce qui tend à rapprocher les gens, à les faire s’apprécier, à s’estimer ? Leurs différentes personnalités ?

Peut-être… mais la définition de l’intelligence sociale va à l’encontre de ce postulat.

Pour rappel, cette dernière est comprise comme une capacité à s’adapter aux personnes et aux situations avec lesquelles nos entrons en contact. Et qui dit adaptation, dit forcement évolution, changement.

Non, le véritable point d’ancrage d’une amitié, ou en tout cas d’un fort respect mutuel, c’est le partage de valeurs communes.

Ceci étant établi, vous comprendrez alors bien vite que pour vous socialiser, il vous suffit de faire ce que vous aimez, avec des gens qui ont les mêmes centres d’intérêt que vous.

Et comment s’épanouir plus facilement qu’en s’adonnant à sa passion ?

Le conseil le plus efficace pour être sociable (ou en tout cas le devenir) serait alors de rechercher des associations ou des clubs (sportifs, culturels, militants, musicaux…) proposant des activités ayant un effet positif et stimulant sur votre psychologie.

Personnellement, et notamment quand j’étais plus jeune, c’était pour moi le sport. Handball, rugby, football, tennis, j’ai fait un peu de tout, et rencontré pas mal de nouvelles personnes avec qui tisser des liens sociaux.

Être sociable n’est en réalité pas si difficile, c’est la peur de déplaire, de ne pas parvenir à se faire apprécier qui vous limite encore dans votre expression personnelle.

3. Être sociable en restant simplement soi-même

Si adaptation il peut y avoir lors de la rencontre de nouveaux individus, cela ne veut pas dire pour autant que vous deviez renier vos valeurs, croyances ou votre ligne de conduite.

À partir du moment où certaines règles comportementales informelles sont respectées, vous n’avez pas à vous soucier de ce que les gens peuvent penser de votre propre système de pensée.

Parmi ces règles basiques, on retrouvera le respect, l’écoute, le partage… rien que vous ne sachiez déjà.

J’aimerais cependant insister sur un point fragile de l’affirmation personnelle à travers la socialisation : on dit souvent que les débats contemporains portant sur les opinions religieuses et politiques ou l’argent par exemple, peuvent créer des conflits.

Ceci n’est vrai que dans le cas d’un refus d’égalité vis-à-vis de l’interaction. Nous avons tous nos opinions et chacune d’entre elles doit avoir un droit de tribune.

Bien sûr, vous ne partagerez pas toujours le point de vue de vos interlocuteurs.

Mais être sociable, c’est aussi se rendre compte que chaque individu peut nous apprendre quelque chose, quel que soit son milieu social, son âge, son sexe, ou le système de valeurs auquel il se réfère.

Pour éviter les conversations houleuses, voire les conflits ouverts, je m’en tiens toujours à une ligne de conduite bien particulière : éviter de faire (ou de dire) à autrui ce que je n’aimerais pas qu’on me fasse subir.

Ça peut paraître simpliste, stupide, enfantin, mais pour moi, ça marche très bien. Je ne suis pas toujours d’accord avec les propos de mes amis, mais cela ne m’empêche pas de respecter leurs opinions (et de débattre).

Ce point me paraît important, notamment quand on parle d’épanouissement personnel : être sociable, c’est développer des interactions, engager des discussions, savoir jouer de l’humour, démontrer ses qualités, tenir ses promesses, s’ouvrir au monde qui nous entoure, mais en aucun cas se laisser manipuler ou s’interdire le droit d’être qui nous sommes vraiment.


Publié

dans

par

Étiquettes :

Commentaires

22 réponses à “Être sociable : du rêve à la réalité”

  1. Avatar de lichbac
    lichbac

    c’est vrai tout ça !

    1. Avatar de Jean-Baptiste
      Jean-Baptiste

      Merci pour votre participation ! 🙂

  2. Avatar de WANG Han
    WANG Han

    Je suis un mec très fermé et j’ai toujours envie d’être sociable, votre article m’aide beaucoup, merci.

    1. Avatar de Jean-Baptiste
      Jean-Baptiste

      Je vous en prie, merci à vous pour ce partage.

      Bon courage pour la suite !

  3. Avatar de clara
    clara

    Jean Baptiste, est-ce qu’il y a d’autres façons d’être sociable que celles-ci ?

    Merci d’avance !

    1. Avatar de Jean-Baptiste
      Jean-Baptiste

      Bonjour Clara,

      Il y a un second article sur le blog qui pourrait vous aider : « Quand se faire des amis reste un casse-tête : comment réagir ? »

      À bientôt !

  4. Avatar de clara
    clara

    Merci pour ces conseils Jean-Batiste, mais il me semble que ces conseils ne sont pas assez pour avoir des bons liens avec les gens.

    Est-ce que je me trompe ?

    1. Avatar de Jean-Baptiste
      Jean-Baptiste

      C’est à vous de juger !

      Mais la difficulté à se faire des amis repose bien souvent sur notre propre psychologie. Je pense personnellement que ces conseils sont pertinents, à condition de les accompagner d’une véritable introspection.

      À bientôt

  5. Avatar de anais
    anais

    Merci beaucoup pour cet article, ça m’aide vraiment et je suis d’accord avec tout ce que tu as dit.

    C’est vrai que beaucoup de personnes ont peur de ce que peuvent penser les autres mais il ne faut pas se limiter à ça.

    1. Avatar de Jean-Baptiste
      Jean-Baptiste

      Bonjour Anais !

      De rien, je suis très heureux de pouvoir vous apporter une aide, aussi anecdotique soit-elle.

      Merci pour votre retour et à très bientôt !

  6. Avatar de mayssaa
    mayssaa

    Bonjour,

    Moi je n’arrive pas à aller vers les autres et à donner mon opinion donc il est dur de se faire des amies.

    1. Avatar de Jean-Baptiste
      Jean-Baptiste

      Bonjour Mayssaa,

      L’affirmation de soi est effectivement un enjeu de la démonstration de notre aisance sociale. Prendre conscience de qui nous sommes est important pour pouvoir aller vers l’autre. J’espère que la lecture de ce blog pourra vous aider à débuter une réflexion sur le sujet. 🙂

  7. Avatar de rhallab
    rhallab

    merci pour le sujet

    1. Avatar de Jean-Baptiste
      Jean-Baptiste

      De rien ! Merci à vous pour ce retour et à bientôt 🙂

  8. Avatar de J
    J

    Bonjour,
    article intéressant. Vous dites cependant que le fait de ne pas être sociable résulte du manque de confiance en soi et de la peur de déplaire. Personnellement j’ai par le passé été très fermée non pas parce que souffrais d’une telle peur, mais parce qu’il me semble que je n’avais pas le réflexe et n’éprouvais pas le besoin d’échanger avec les autres (sauf une personne, et encore, c’était très léger). Je pense que cela diffère de la peur d’entrer en interaction, et c’est peut-être plus sournois, car j’ai mis un certain temps à me rendre compte que c’était dommage. (parce qu’évidemment on gagne à mieux faire la connaissance de personnes qu’on côtoie au quotidien sur son lieu d’études ou de travail.)

    1. Avatar de Jean-Baptiste
      Jean-Baptiste

      Bonjour J.

      Merci pour votre commentaire.

      J’avoue qu’il est rare d’entendre dire qu’on ne ressent pas le besoin d’aller vers l’autre, d’où l’absence de mention dans l’article. Je reste persuadé que ce manque d’envie est lié à quelque chose de plus profond, car l’Homme est un animal social.

      Cela dit, votre point de vue fait avancer le débat, je vous en remercie !

      À bientôt !

      1. Avatar de LOUAY
        LOUAY

        Bonjour,

        Je viens de découvrir ce site, je vie une situation toxique avec un de mes collaborateurs, et je trouve des solution ici.

        1. Avatar de Jean-Baptiste
          Jean-Baptiste

          Très content de pouvoir vous aider !

          À bientôt Louay ! 🙂

  9. Avatar de Diane
    Diane

    Merci Jean-Baptiste pour vos bons conseils. 🙂
    Je trouve que c’est souvent difficile d’y arriver mais je pense que parfois ça prend un gros travail sur soi-même, surtout lorsqu’on a depuis l’enfance, plus tendance à être solitaire et c’est mon cas.
    Ce que j’adore, c’est rencontrer des gens qui ont la même passion que moi, les mêmes intérêts. Je me dis alors, eh bien! je peux socialiser moi-aussi! Moi aussi j’ai quelque chose à dire d’intéressant!
    Et cela me donne de plus en plus confiance en moi…et cela me rend heureuse!
    Mais quel conseil me donneriez-vous dans cette situation??!! :
    Je dois rencontrer à l’occasion des amis de couple à mon conjoint….
    J’essaie bien de socialiser mais…je lâche prise assez vite et je me tais jusqu’à notre départ…:(
    C’est que je ressens toujours, c’est que ces gens sont seulement intéressé à faire savoir aux autres qu’ils ont une super réussite sociale…ils ne parlent que d’eux et ne sont pas intéressé à savoir si je vais bien…qu’est-ce que je fais comme travail, si j’aime ça….
    Ils attendent seulement qu’on leur pose des questions sur eux, sur leur vie, et qu’on les complimentent…
    Je n’aime pas cette situation et ce genre de personnalité. Je ne me sens pas bien là-dedans et cela me cause en plus des problèmes de couple car mon conjoint me trouve anti-sociale avec ses amis… 🙁
    Un conseil serait très apprécié!!!

    1. Avatar de Jean-Baptiste
      Jean-Baptiste

      Bonjour Diane et merci de votre retour.

      Je comprends bien votre situation. Pas toujours facile de s’imposer quand on a l’impression de faire partie d’un autre monde.

      Pour améliorer cela, vous pouvez toujours essayer vous même de poser des questions impliquant volontairement les dits amis, mais sur des terrains que vous maîtrisez mieux (selon vos points forts).

      Si on ne peut se forcer à apprécier quelqu’un, on peut essayer de favoriser le dialogue. Si vous cherchez des idées de sujets de discussion, j’y ai aussi consacré un article (cliquez alors sur le lien).

      N’ayez pas peur de vous affirmer, de donner votre avis au fil des discussions. Votre implication vous permettra de vous sentir plus importante et rassurée en voyant que les gens apprécient l’échange.

      Bon courage à vous en tout cas, et à bientôt !

  10. Avatar de Cléo
    Cléo

    Bonjour,
    Merci pour vos précieux conseils mais j’aimerais vous poser une question, voila je commence petit à petit à m’intégrer dans un groupe ou je connais certaines personnes et d’autres un peu moins et j’ai peur de les déranger en m’imposant et en essayant de passer du temps avec eux. Pouvez-vous mes dire comment savoir si je les embête ?

    1. Avatar de Jean-Baptiste
      Jean-Baptiste

      Bonjour Cléo.

      Votre question est le symptôme d’une vision personnelle négative de vous même. Pourquoi seriez vous ennuyant(e) ? Et pourquoi vous spécialement ?

      La vraie question n’est pas de savoir si vous allez déranger les gens, mais comment faire pour vous intégrer plus avant. Et la réponse est toute trouvée: restez vous-même !

      Tout le monde a un besoin d’affirmation personnelle. Il est temps de l’assumer !

      Bon courage à vous 🙂

      Amicalement,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *