Travail de nuit : avantages et inconvénients

travail de nuitLe travail de nuit fait peur à beaucoup de gens.

Pour certains, il s’agit d’une contrainte, d’un horaire subi.

Les débats sur le travail de nuit ou le weekend font souvent rage en France et dans d’autres pays occidentaux.

Pourtant, les noctambules ne sont pas toujours de cet avis.

Ayant moi-même travaillé dans un centre pour demandeurs d’asile les weekends, jours fériés, et même parfois durant le réveillon du jour de l’an, ayant côtoyé quotidiennement les travailleurs de nuit et ayant par ailleurs travaillé de nuit dans un centre d’urgence pour personnes toxicomanes, mon regard sur le travail de nuit n’est pas si négatif que ce que je peux observer dans les débats.

Pour tout vous dire, j’ai même pris du plaisir à vivre de manière décalée, à travailler lorsque tout le monde sommeille et à être libre durant la journée.

J’ai d’ailleurs remarqué que la plupart des personnes que je côtoyais et qui travaillaient la nuit le faisaient par choix.

En réalité, il n’est pas plus ou moins agréable de travailler de nuit.

C’est une question de choix, de goût.

Quels sont les avantages et les inconvénients du travail de nuit ? Pourquoi certaines personnes préfèrent-elles travailler quand tout le monde dort ?

Ce que dit la loi sur le travail de nuit

Comme dans tous les domaines, le Code du travail français se révèle extrêmement complexe, changeant et bourré d’exceptions ou d’accords de branche contradictoires.

Si vous désirez plus d’informations sur la législation concernant votre propre pratique professionnelle, je vous invite à questionner votre employeur ou un représentant syndical qui connaîtra bien mieux que moi les subtilités de ce corpus juridique.

Mais voici ce que prévoit la loi française dans les grandes lignes :

Est considéré comme du travail de nuit le travail effectué entre 21h et 7h du matin.

C’est-à-dire qu’une personne devant commencer son travail à 6h du matin ou terminer à 22h effectue une heure de travail de nuit par jour.

Une autre règle fondamentale est que l’employeur doit justifier la nécessité de demander un travail de nuit.

Autrement dit, on ne peut faire travailler un salarié de nuit que si cela est indispensable.

Cela peut être justifié par un besoin social. C’est l’exemple que je vous citais précédemment.

C’est le cas aussi du personnel médical de garde ou encore des services de police.

Une autre raison pour faire appel au travail de nuit peut être la nécessité de continuité d’une activité économique.

Dans certaines usines, il est par exemple très difficile d’arrêter une chaîne de production pendant la nuit.

C’est pour cela que beaucoup d’usines fonctionnent selon les 3X8.

Le travail de nuit, le temps libre de jour

Chez la plupart des personnes que j’ai rencontrées et qui avaient fait le choix du travail de nuit, la raison principale était de pouvoir être libre la journée.

Certains en profitaient pour s’occuper de leurs enfants et pour s’économiser une baby-sitter, d’autres encore faisaient du sport ou même montaient leur entreprise.

Bien entendu, le fait de travailler à horaire décalé ne permet pas d’allonger les journées.

Vous n’aurez pas plus de temps libre qu’un salarié de jour et aurez tout autant besoin que lui de dormir.

En revanche, le fait de ne pas vivre aux mêmes horaires que le commun des mortels vous permet de vous organiser différemment, d’éviter la cohue au supermarché, de ne pas vous retrouver coincé dans les embouteillages, d’organiser votre vie de famille au mieux.

Dans certaines familles, le travail de nuit est une chance, une réelle opportunité.

Vivre en décalé nuit à la vie sociale

Toutefois, le fait de ne pas vivre aux mêmes horaires que tout le monde présente un risque : celui de se déconnecter d’une partie de ses proches, de devoir réduire les dîners entre amis ou d’avoir la tête dans les vapes durant les déjeuners de famille du dimanche midi.

Il est en effet très difficile de se recaler le weekend ou durant ses jours fériés.

Le travail de nuit a le même effet qu’un décalage horaire lorsque l’on voyage.

Du coup, de nombreuses personnes ayant choisi (ou subi) ce mode de vie se construisent une vie sociale avec d’autres travailleurs de nuit, des barmen, des ouvriers, des travailleurs sociaux, tous décalés, prenant leur café en fin d’après-midi alors que tout le monde s’apprête à rentrer du travail, partant se coucher aux premières lueurs du jour.

Le travail de nuit est-il dangereux pour la santé ?

En ne suivant pas le rythme normal des journées comme il est biologiquement programmé à le faire, notre corps court certains risques.

Un rapport publié cette année par l’ANSES estime même que le travail de nuit nous expose à des risques plus élevés d’être atteints de diabète de type 2 et de certains cancers.

Un autre problème auquel sont souvent confrontés les travailleurs de nuit est le manque de lumière.

Beaucoup d’entre eux, surtout en hiver, ne voient que très peu la lumière du soleil durant les heures qu’ils passent éveillés.

Ce manque de lumière peut être la cause d’un manque d’énergie, mais aussi de dépressions, à l’image des dépressions hivernales que l’on observe lorsque les jours se raccourcissent.

Pour pallier cela, l’utilisation à son poste de travail d’une lampe de luminothérapie imitant la lumière du jour peut être efficace.

Le travail de nuit est-il une chance ou une corvée ?

Les avis divergent sur la question.

Certains ne sont pas capables physiquement d’assumer de tels rythmes ou bien ne peuvent pas concevoir de vivre en décalage avec la majeure partie de la population et sont en demande d’une routine, de travailler du lundi au vendredi de 9h à 17h.

D’autres au contraire préfèrent vivre en décalé et s’accommodent parfaitement du travail de nuit.

Certains travailleurs indépendants, pourtant maîtres de leur emploi du temps préfèrent d’ailleurs travailler la nuit, au calme, car c’est pendant cette période qu’ils ont la plus grande capacité de concentration.

Encore une fois, il n’y a pas de règle, pas d’horaire idéal de travail.

L’essentiel est de ne rien imposer et de considérer chaque travailleur au cas par cas.


Publié

dans

par

Étiquettes :

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *