Minimalisme : débarrassez-vous du superflu

minimalismeVous croulez sous les objets inutiles, les outils qui prennent la poussière, les vêtements trop petits rongés par les mites dans lesquels vous espérez secrètement depuis des années rentrer à nouveau un jour ? Tentez le minimalisme !

Être minimaliste, c’est se débarrasser du superflu pour ne posséder que ce qui est essentiel.

Bien plus qu’un moyen de faire de la place et des économies, le minimalisme est un véritable mode de vie.

Il est à la fois écologique et centré sur l’utilité des choses plutôt que sur leur possession.

Se défaire de la dictature des objets vous rend plus libre et plus flexible.

Vous êtes capable de voyager léger, de déménager à votre convenance et surtout de ne pas vous laisser distraire par des choses inutiles et gérer votre vie de manière plus simple.

Le minimalisme ne signifie pas la privation

Certaines personnes vivent une vie luxueuse sans rien posséder ou presque.

Elles vivent dans des hôtels de luxe, prennent régulièrement l’avion en première classe, mangent au restaurant à chaque repas et s’habillent chez les plus grands couturiers.

À Noël, elles préfèrent offrir une bouteille millésimée plutôt qu’un objet encombrant.

Elles aiment se faire plaisir sans pour autant multiplier les acquisitions.

Être minimaliste n’implique pas de vivre dans le dénuement.

C’est une remise en question de notre rapport à la possession.

Le minimalisme, c’est utiliser plutôt que posséder

Ce qui est important dans le minimalisme, c’est donc de privilégier l’utilisation que l’on a des objets plutôt que l’obsession que l’on peut avoir de les posséder.

L’idée est de donner plus de place à des modes alternatifs de consommation tels que la location, l’échange ou le prêt.

Le courant minimaliste est en ce sens totalement en phase avec l’émergence de l’économie collaborative, du covoiturage au coworking en passant par le partage de machines à laver.

Ce mode de consommation n’est pas réservé aux étudiants fauchés.

Il est possible de partager un jet privé ou de louer une Ferrari.

Dans vos achats et vos investissements, il est également possible de réduire ou de partager les biens que vous possédez.

De plus en plus de personnes choisissent de se mettre en commun pour acheter une voiture dont ils n’ont pas l’utilité tous les jours ou un bâtiment dont certains espaces seront mutualisés.

Ces espaces peuvent aller de la classique buanderie ou du jardin jusqu’aux espaces de travail ou à la salle de sport en passant par l’atelier de bricolage.

C’est une solution très prisée pour gagner en confort et rétablir les liens avec son voisinage.

Achetez au fur et à mesure

Le minimalisme tente de lutter contre l’accumulation d’objets.

Même pour les denrées consommables, essayez d’acheter ce dont vous avez besoin au fur et à mesure.

Stocker un minimum vous permet d’éviter les pertes, mais aussi de gagner de la place et d’éviter de vous encombrer.

En achetant par exemple chaque jour ce dont vous avez besoin pour cuisiner, vous n’aurez plus besoin de vous encombrer d’un réfrigérateur ou d’imposants placards de cuisine remplis de dizaines de boites de conserve et paquets de pâtes.

Ce principe qui consiste à acheter au fur et à mesure ne s’applique pas qu’à la nourriture.

Il est par exemple possible de lire énormément sans pour autant avoir une bibliothèque imposante.

Privilégiez les prêts à la bibliothèque, les échanges de livres entre amis ou la revente des ouvrages que vous avez terminés.

Nombre d’entre nous entassent comme des trophées des centaines d’ouvrages dont nous ne lirons plus jamais la moindre page, liés par une affection presque religieuse à l’objet « livre ».

La philosophie du minimalisme va complètement à contre-courant de cette importance que nous accordons aux objets.

Réutilisez au maximum

Si le minimalisme engage à posséder moins d’objets, il implique aussi de réutiliser ces derniers plus souvent.

Ne posséder que trois chemises et deux pantalons nécessite de laver ses vêtements très régulièrement.

Il en est de même pour la vaisselle. Privilégiez le lavage à la main plutôt que le lave-linge ou le lave-vaisselle qui impliquent de laver une grande quantité d’un seul coup.

En passant quelques minutes par jour à ces tâches, vous vous rendrez compte que vous n’aurez plus besoin de piocher dans vos placards pour vous habiller ou manger.

Privilégiez le double emploi

Un autre aspect du minimalisme, c’est l’utilisation rationnelle des objets.

Dans une maison minimaliste, pas question d’accumuler trois tables différentes pour travailler, manger et cuisiner.

Chaque objet ou meuble doit avoir le maximum de fonctions différentes.

Choisissez par exemple un canapé qui se convertit en lit, des chaussures que vous pourrez utiliser à la fois à la ville et pour partir randonner, un sac de voyage unique dont la taille est adaptable en fonction de vos besoins ou encore des vêtements qui se portent autant en été qu’en hiver.

Essayez au maximum de faire simple.

Construisez des meubles avec des caisses de rangement que vous pourrez moduler et même utiliser pour des déménagements.

Utilisez de simples planches de bois pour vos étagères que vous pourrez facilement réutiliser et transporter en fonction de vos besoins.

Recyclez vos déchets

Vivre avec des objets jetables vous permet de mener une vie très flexible.

Mais acheter de la vaisselle en carton ou tout autre objet non réutilisable n’est pas du tout écologique et pas tellement économique.

Une bonne alternative est de recycler vos déchets en les détournant de leur utilisation première.

Utiliser une boite de conserve comme pot à crayon, un bidon comme pot de fleurs ou des bouteilles vides comme boites à thé vous permet de vous passer d’objets encombrants.

À chaque déménagement ou lorsque ceux-ci ne vous servent plus, rien ne vous empêche de les jeter.

Fouillez sur Internet pour trouver des astuces de récupération.

L’explosion du mouvement DIY (pour Do It Yourself ou en français « fais-le toi-même ») fait émerger de plus en plus de sites consacrés à la récupération de vos rouleaux de papier toilette et de vos bouteilles vides pour les transformer en objets de tous les jours.

En plus de faire un geste pour la planète et de rendre votre vie plus flexible, vous ferez même des économies.

Pourquoi s’en priver ?

La règle des 100 objets

En 2008, le minimaliste Dave Bruno lance un défi : le « 100 things challenge ».

Le principe est de vivre avec en permanence en sa possession un maximum de 100 objets.

Tout doit être comptabilisé, de vos chaussettes à votre voiture en passant par votre brosse à dents.

Depuis, cette limite des 100 objets est devenue une sorte de règle d’or pour les adeptes du minimalisme.

En réalité, que vous possédiez 80 ou 200 objets ne fait pas une réelle différence.

L’intérêt est surtout dans la démarche.

Faire le ménage dans ses objets, c’est se libérer de leur contrainte.

Le minimalisme vous invite à aller à l’essentiel. Bien plus qu’un inventaire arithmétique, c’est une philosophie.


Publié

dans

par

Étiquettes :

Commentaires

4 réponses à “Minimalisme : débarrassez-vous du superflu”

  1. Avatar de Aurélie

    Bonjour Adrien,
    En effet, il est important de laisser aux objets leur vrai rôle d’objet c’est à dire un rôle purement utilitaire (et parfois esthétique). Créer un lien de dépendance avec eux et avoir besoin d’en posséder toujours plus peut avoir des conséquences dramatiques. Certaines personnes souffrant du syndrome de Diogène (je ne sais pas si tu connais) meurent écrasées par leur possession ! Cela fait peur …
    Bonne journée

    1. Avatar de Adrien
      Adrien

      Bonjour Aurélie.
      Merci! Je ne connaissais pas le syndrome de Diogène, du coup je suis allé regarder ce que c’était 🙂

  2. Avatar de Besacier

    Hello !
    Je trouve ces points pertinents, surtout celui d’acheter au fur et à mesure. Je viens de m’apercevoir que parfois je fais totalement l’opposé… Aie aie aie ! L’achat compulsif ! Je vais faire de mon mieux pour changer ça et par étapes. Merci Adrien pour tous cet article.

    1. Avatar de Adrien
      Adrien

      Merci pour ton commentaire.
      Moi aussi avant je faisais beaucoup d’achats compulsifs. J’entassais surtout les meubles dont la plupart finissait à la cave par manque de place. Mais une fois qu’il a fallu déménager, je me suis rendu compte que je me servais d’une infime partie de ce que j’achetais.
      Courage 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *