Comment désarmer un manipulateur narcissique et limiter son influence ?

manipulationDans un monde idéal, notre environnement se composerait d’individus qui collaboreraient, qui baseraient chacun de leurs efforts sur la vision globale du bonheur collectif et de l’intérêt général.

Ce n’est pas une surprise, nous ne vivons pas dans cet univers.

Les personnalités narcissiques et toxiques, les initiateurs d’actes vils et les comportements gratuitement violents ne sont malheureusement pas des cas isolés ou de rares exceptions.

Et si nous avons déjà abordé les conflits et certains de ces traits de caractère, c’est aujourd’hui à l’un des plus insidieux de tous les personnages que nous ferons référence : le manipulateur.

J. Eldi, dit de lui qu’il est « un dealer : Il vous livre ses doses, vous rend dépendant et s’enrichit en vous méprisant » .

Et là est bien toute la noirceur du mécanisme : pour déjouer un pervers narcissique, il faut d’abord pouvoir le démêler.

Or ce dernier prétend agir dans votre intérêt, sait comment s’adresser à vous et vous caresser dans le sens du poil pour obtenir ce qu’il veut.

Voilà donc l’objectif de la production du jour : dans un premier temps, apprendre à identifier un manipulateur, avant d’appréhender, dans un second temps, les moyens de lui faire face.

1. Appuyez-vous sur votre psychologie pour reconnaître un manipulateur

Si la manipulation n’est pas aisément mise à jour, il est cependant possible que votre psychologie tente de vous alerter vis-à-vis d’une relation qui semble vous coûter plus qu’elle ne vous apporte.

Avez-vous dans votre entourage une personne avec qui les rapports se révèlent pesants, sans vraiment que vous soyez capable d’en expliquer le pourquoi ?

Comptez-vous parmi vos amis ou vos proches des individus qui paraissent prendre le contrôle de votre vie lorsque vous vous trouvez à leurs côtés ?

Que vous savez trop « susceptibles » pour oser vous affirmer, vous ériger contre leurs dires ?

Si c’est le cas, vous êtes sans doute en présence de signes que vous envoie votre inconscient afin de vous protéger, de vous endurcir, dans le but de déjouer un manipulateur.

2. Les principales caractéristiques d’un pervers narcissique

La manipulation n’est pas une qualité sexuée ou afférente à un domaine particulier.

Amis, collègues, amant(e), homme ou femme… ce trait de caractère peut se cacher derrière n’importe qui.

En outre, toutes les personnes ayant tendance à tenter d’imposer leur point de vue ne pourront pas être perçues comme essayant de vous manipuler.

C’est dans l’espace qui vous est laissé, dans la possibilité ou non d’être soi même en leur présence que le doute devra naître.

Repérer un manipulateur narcissique par ses sautes d’humeur

Sans doute le signal le plus fort que vous pourrez percevoir.

Une personne qui tente de vous influencer et de prendre le contrôle de votre psychologie aura une tendance intense à s’ériger en victime d’injustices, en cible d’attaques émanant de toutes parts.

Le but ? Profiter de l’empathie ainsi stimulée pour obtenir un traitement de faveur, quel qu’il soit.

Le contrôle d’autrui devient alors un moyen de surmonter sa propre peur, sa propre douleur.

Quoi de plus efficace que de s’abriter derrière un bouclier, un pare-feu dans les situations conflictuelles ?

Le manipulateur n’hésitera pas à vous prendre à partie, à vous inclure dans un contexte pouvant l’inquiéter, afin d’en partager la responsabilité.

Les sautes d’humeur témoignent d’un refus d’assumer l’implication personnelle, la possibilité d’avoir commis une erreur.

C’est un comportement que l’auteur justifiera inconsciemment par une certaine jalousie envers les autres membres de son environnement ou un excès d’appréciation personnelle (narcissisme).

Ainsi, vous pourrez dans les faits reconnaître un manipulateur par sa tendance à sortir de ses gonds, à vous menacer, si vous n’agissez pas en accord avec ses désirs.

C’est le genre de personne avec qui on ne sait jamais comment réagir. On marche sur des œufs.

Chaque parole, chaque acte est une prise de risque.

Identifier un manipulateur à travers sa façon de répondre à vos questions

En posant de simples questions, vous pourrez aisément mettre à jour la volonté de contrôle d’un manipulateur.

Vous ayant sous sa coupe, il ne s’attend pas à ce que vous ayez besoin de demander quoi que ce soit : vous êtes censé faire ce qu’il espère de vous.

Un manipulateur aura donc tendance à faire preuve de condescendance ou de frustration lorsque vous l’interrogerez.

Cela le place dans une position qu’il n’apprécie guère. Il est à votre portée, soumis à votre jugement.

Un manipulateur pense vous connaître, savoir comment vous allez réagir et ne s’attend pas à être remis en cause.

Il n’espère pas votre bénédiction, il pense en bénéficier avant même que la prise de décision n’ait lieu.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, les personnes ayant recours au contrôle des autres éprouvent énormément de difficultés à cacher ce désir profond.

Ainsi, leurs réactions sont matérialisées lors des plus petites remises en question.

Le choix d’un restaurant par exemple : si un manipulateur prévoit d’aller au restaurant chinois et que vous avez le malheur de lui demander s’il ne préférerait pas manger indien… Vous pourrez noter sa déception, son aigreur dans sa réponse.

Voilà donc un très bon moyen de déjouer un manipulateur : en remettant son avis en question, sans toutefois faire preuve d’agressivité.

Flairer un manipulateur à la teneur de ses compliments

Traditionnellement, le manipulateur est une personne mielleuse, qui tend à vous accabler de compliments, mais sans que ces derniers soient sincères ou véritablement porteurs de valeurs positives.

En effet, une telle personnalité pousse à ne pas souhaiter le bonheur d’ autrui.

Les compliments sont donc partagés, mais sans réelle volonté de permettre à l’autre d’en tirer de satisfaction.

On pourra vous dire que vous êtes un « bon ami » , « une personne sensée » , mais jamais que vous êtes intelligent(e), drôle, attirant(e) ou sympathique.

Les éloges servent de points d’attache, d’ancres au contrôle que le manipulateur exerce sur vous.

Cependant, ils sont contraignants et n’apparaîtront jamais dans une situation où vous seriez avantagé(e) par rapport à la personne qui tente de vous dominer.

Par exemple : si vous obtenez de meilleures notes à un examen, un manipulateur trouvera des raisons pour vous rabaisser, pour décrédibiliser votre succès.

En revanche, si la situation est inversée, il pourra reconnaître que vos résultats ne sont « pas mauvais » et qu’il est « content pour vous » (sous-entendu : content que vous n’ayez pas brillé plus que lui).

Reconnaître un manipulateur à son manque de capacités sociales

Malgré l’impression de puissance retirée par le fait de contrôler d’autres personnes, le manipulateur détient, par définition, un cercle social réduit (en tout cas en termes de sincérité).

En s’intéressant à la décomposition même de ce cercle, on s’apercevra d’abord que ses amis proches sont rares, mais surtout que les personnes fréquentées semblent être « moins attractives ou socialement reconnues » que ledit dominateur (selon sa propre définition, dirigée par son ego).

Il est d’ailleurs intéressant de noter le comportement d’une telle personnalité lorsqu’elle vous accompagne dans la rencontre d’autres individus, qui peuvent quant à eux être perçus comme de potentielles « menaces » .

La plupart du temps, le contact ne passe pas.

Le manipulateur ne reconnaît aucune valeur à la réussite de ses semblables, d’autant plus si cette dernière s’avère plus importante que la sienne.

Si vous le présentez à vos amis proches, il essayera même certainement de créer des conflits, d’exposer les failles de chacun.

Il ne supporte pas que vous puissiez entretenir des liens avec des personnes « de qualité » autres que lui-même.

3. Comment faire face à un manipulateur ?

L’effet d’une telle fréquentation sur votre psychologie est nécessairement néfaste.

Le premier conseil serait alors bien évidemment d’éviter tout rapport avec ce type de personnalité.

Ce n’est de toute façon pas pour vous qu’il vous apprécie, mais bien de par le contrôle qu’il croit avoir sur vous.

Sachez aussi que pour déstabiliser un manipulateur, vous devrez clairement insister sur la notion de barrière, de frontière.

Ce dernier ne prenant que très rarement le « non » pour une réponse et se pensant bien meilleur que vous, il voudra vous conseiller, vous dicter les valeurs et les opinions à adopter.

Parfois même au point de s’immiscer dans les compartiments les plus personnels de votre vie privée.

À ce stade, vous n’avez guère d’autre option que la confrontation : dites-lui que vous ne laisserez personne effectuer des choix à votre place ou décider de quelle manière vous devriez vivre votre vie.

La pire des choses pour un tel individu, c’est la mise en relief de cette relation toxique qu’il tente d’entretenir.

Pour déjouer un manipulateur, il est alors recommandé de lui démontrer votre prise de conscience face à son attitude.

Vaincre un manipulateur n’est jamais simple, mais il en va de votre propre liberté intellectuelle, de votre capacité d’affirmation personnelle, de votre responsabilisation et de votre aptitude à être vous-même !

Ceci étant dit, et je conclurai là-dessus, il n’est pas nécessairement utile d’entrer dans un rapport conflictuel pour ébranler un manipulateur.

L’intégrité, la morale et l’honnêteté sont de bons remèdes pour réagir efficacement.

Tenez vos promesses (n’en faites pas trop), ne mentez pas et respectez vos engagements, tout en insistant sur le fait que vous le faites de votre plein gré, et que vous n’avez pas de justification à donner en cas de refus de faire ce qu’on exige de vous.

Et vous ? Comptez-vous des personnes de ce type dans votre entourage ? Comment le vivez-vous au quotidien ? Avez-vous déjà surmonté ce problème ? J’attends vos retours avec impatience !

À bientôt !


Publié

dans

par

Étiquettes :

Commentaires

18 réponses à “Comment désarmer un manipulateur narcissique et limiter son influence ?”

  1. Avatar de A. Besancon-Dulac
    A. Besancon-Dulac

    Cet billet est vraiment très joliment écrit et bien rédigé…

    1. Avatar de Jean-Baptiste
      Jean-Baptiste

      Merci beaucoup ! 🙂

    2. Avatar de Valerie
      Valerie

      Bonjour,
      quelle serait l’attitude à avoir lorsque le manipulateur est son conjoint?

      1. Avatar de Jean-Baptiste
        Jean-Baptiste

        Bonjour Valérie.

        Et bien je dirais que dans ce cas, il vaut mieux essayer d’ouvrir le dialogue. Un couple ne peut pas s’épanouir dans un climat toxique, c’est généralement très malsain. Et comme chacun sait, la communication est primordiale.

        Si la personne a effectivement tendance à recourir à la manipulation, veillez alors à ne pas faire dans l’agressivité, sans quoi elle risquerait de se renfermer sur elle-même et de tout nier en bloc.

        Je vous souhaite bon courage et vous dis à bientôt !

    3. Avatar de Dominique D.
      Dominique D.

      Bonjour,
      Comme pour la description d’une maladie (plongez dans un dictionnaire médical et vous aurez toutes les maladies!), on peut retrouver tous ces symptômes en nous-mêmes, mais atténués et à certaines périodes seulement. Je pense que vous ne dites pas suffisamment cela dans votre article.
      Est-ce que le « manipulateur » n’est pas tout simplement quelqu’un qui manque de confiance en lui, et cherche à se rassurer en contrôlant les autres ? Dans ce cas, pourquoi en faire une telle caricature et le diaboliser ainsi ? Il n’y a pas de manipulateurs sans victimes qui consentent et parfois recherchent même une telle domination. Les « leaders » adulés et suivis ne sont-ils pas avant tout des manipulateurs, mis sur un piédestal par les « victimes » elles-mêmes ? Et ceux-là n’ont pas de problèmes pour trouver des amis…

      1. Avatar de Jean-Baptiste
        Jean-Baptiste

        Bonjour Dominique.

        Je comprends votre point de vue, même si je ne le partage pas. La manipulation n’est aucunement une maladie ou un facteur inconscient. Nous parlons ici de formuler un avis, une opinion, dans le but d’obtenir de quelqu’un qu’il se plie à notre volonté.

        Une personne en manque de confiance n’aura pas selon moi les arguments ou la prestance pour manipuler son interlocuteur. Si le but n’est pas de diaboliser le manipulateur, il faut bien le démasquer.

        En outre, votre affirmation « il n’y a pas manipulateurs sans victimes » est compréhensible, mais « dangereuse ». Cela implique une volonté d’être dominé, pris de haut, et d’entrer dans le jeu du servage.

        Si les leaders sont adulés, c’est la plupart du temps, car ils font des promesses, tiennent des discours techniques dont bien peu de personnes comprennent la portée exacte.

        Regardez les politiciens… Certains suivent des idéologies d’un autre siècle, complètement farfelues et récoltent pourtant des suffrages : ce ne serait pas le cas si leur discours était transparent et non basé sur la démagogie.

        Ceci étant dit, je vous rejoins quand vous dites que l’individu lambda peut se servir de la manipulation, à certains moments de sa vie. Cela reste une arme, lors de conflits par exemple. Mais je ne peux pas croire que cela s’opère sans remords et sans prise de conscience des dégâts ainsi causés.

        Merci pour votre participation au débat et à bientôt ! 🙂

  2. Avatar de Anne Martinet
    Anne Martinet

    Très très bon article !
    J’ai des noms…

    1. Avatar de Jean-Baptiste
      Jean-Baptiste

      Merci ! 🙂

  3. Avatar de Colnet
    Colnet

    Mon conjoint avec qui je gère une société employant du personnel rentre pour moi dans la catégorie des manipulateurs. Ce qui me désarçonne le plus est son penchant pour la boisson, ce qui ne fait qu’envenimer les choses. Comment doit-on affronter ce genre de pervers narcissiques?
    À chaque fois que je le surprends, il nie en bloc et se permet de m’en vouloir de me faire des reproches! Dans mon for intérieur, je sais ce que je vaux ; aux yeux de tous, je suis une personne de caractère, alors pourquoi n’arrivé-je pas à résoudre cette situation?

    1. Avatar de Jean-Baptiste
      Jean-Baptiste

      Bonjour Colnet,

      Je reste persuadé que le fait de « rester droit dans ses bottes » est sans doute le meilleur remède. La démonstration par A+B de ses torts touchera une personne manipulatrice, mais elle ne reconnaîtra pas ses erreurs pour autant… Les reproches sont une forme de protection, pour éviter de rester dans la lumière.

      La difficulté est ici la mauvaise foi de votre interlocuteur. L’ignorance est le pire des mépris, et je pense que vous pourriez en faire usage. Ce qui est malheureux, c’est que la personne est véritablement proche de vous.

      Pensez-vous pouvoir lancer le dialogue, à un moment où il serait « calme » ? Attention cependant, vous devrez prendre des gants… sinon la situation pourrait devenir explosive…

      Bon courage à vous et à bientôt !

  4. Avatar de Pascaline
    Pascaline

    Comment dire à mon ami qu’il est manipulé par une de ses amies ? Elle a une grande influence sur tout ce qu’il fait et dit et aussi par ses enfants.

    1. Avatar de Jean-Baptiste
      Jean-Baptiste

      Bonjour Pascaline.

      Il n’est jamais facile de s’immiscer dans la vie d’autrui… Mais il suffit parfois de pointer du doigt des faits indiscutables pour que la vérité éclate.

      Je vous souhaite en tout cas bon courage et vous dis à bientôt !

      Amicalement,

  5. Avatar de Laetitia
    Laetitia

    J’ai fauté avec un autre homme par sensation de ne plus être moi. De ne plus rien décider dans ma vie.
    Je l’ai fait au moment où mon conjoint et père de notre fille perdait son travail et sa mère.
    Certes, je culpabilise de tant de lâcheté, tant d’ignorance de sa situation. J’ai pourtant vécu cela comme une bouffée d’air, un réveil de ma personne.
    Aujourd’hui, il a voulu découvrir en détail nos échanges de SMS et les a scrutés et en le faisant a mis en exergue un moment où j’ai fait preuve de manipulation pour pouvoir vivre une première rencontre avec cet autre homme.
    Aujourd’hui donc je m’interroge sur moi. Beaucoup.
    Je lis beaucoup de choses sur les manipulateurs égocentriques et au lieu de me découvrir et me comprendre, c’est lui que je vois.
    Oui parfois je mens, mais jamais je ne le rabaisse. J’aime les gens. J’ai beaucoup de copines copains moins d’Amis mais je pense que c’est normal.
    J’ai peur de moi de lui.
    Il sait être gentil, mais ses gentillesses et ses compliments sont tellement rares sauf là en temps de crise ou sinon je n’y crois pas…
    Je suis tellement perdue. Je ne sais même pas être claire dans mes explications. Pensez-vous pouvoir m’aider un peu? Je veux consulter, mais c’est très cher.
    Il faut que j’y vois plus clair.

    1. Avatar de Jean-Baptiste
      Jean-Baptiste

      Bonjour Laetitia.

      J’ai bien lu votre commentaire et vous avoue que la situation semble difficile. En effet, si c’est votre partenaire que vous voyez à travers vos lectures, c’est sans doute car il est toujours difficile d’admettre ses propres faiblesses… et puis fondamentalement, comme vous le décrivez, il est passé par des situations terribles, ce qui sans jamais excuser un comportement peut aider à le comprendre.

      Si je ne me permettrais pas de juger votre erreur, je pense cependant qu’il convient de vous concentrer sur vous, sur les fondements de votre comportement. C’est en analysant le problème qu’on peut y trouver une solution.

      Sachez cependant qu’il est normal que la situation soit tendue et que les compliments ne soient pas nombreux. Être trompé est toujours quelque chose de difficile à avaler, tant la fierté est alors remise en cause.

      Avez-vous essayé, tout simplement, de lancer le dialogue calmement ? Pour évaluer l’évolution des événements depuis leur occurrence, j’imagine qu’il n’y a rien de mieux !

      Je vous souhaite en tout cas bon courage et vous dis à bientôt.

      Amicalement,

  6. Avatar de Lo
    Lo

    Bonjour,
    Ah, les manipulateurs, j’en ai fait la connaissance après de longues années sous leur pouvoir.
    2 cas : une « amie » et mon « patron »
    Résultat: « l’amie » est sortie de ma vie et je suis sortie de la vie de mon « patron ».
    L’élément déclencheur à la prise de décision d’identifier et d’évacuer toutes ces personnes toxiques de ma vie est que je suis devenue maman et ça a déclenché une intolérance aux mauvaises influences presque animale!

    Pour faire rapide:
    « l’amie » avec sa prétendue bonne intention de prendre soin de moi m’a gentiment proposé de prendre mon boulot durant mon congé maternité, de venir s’installer dans mon jardin avec son camion, elle aimait bien ma relation avec mon conjoint et puis aussi ma maison. Quand j’ai commencé à refuser la situation en lui en faisant part, elle devenait insistante, puis est venue chez moi de force à 2 reprises contre mon gré, je me suis mise dans une colère noire (en plus mon bébé d’un mois ne dormant pas la nuit j’étais dans un état tout à fait serein…) et elle a dû s’en sortir grâce à un ami infirmier et psychologue, heureusement présent. Elle a essayé de détourner mon conjoint de moi… bref son visage diabolique a été mis au grand jour et ne faisait plus aucun doute sur le fait qu’il ne fallait plus que cette personne fasse partie de ma vie. En fait, dans tout cela, j’avais depuis des années une intuition de mal-être avec elle, mais je n’arrivais pas à mettre de mots, et me disais que c’est moi qui me fais des idées. Comme vous le dites dans votre article, l’inconscient envoie des signaux, qu’il faut finalement attentivement écouter pour éviter des cas aussi extrêmes! Et puis beaucoup de personnes se sont mises à dos avec elle, mais pour elle c’est toujours la faute des autres. Ma psychologue m’a dit que c’est typique des personnes perverses incapables de se remettre en question…

    Autre cas, mon « patron ». Patron paternaliste par excellence avec qui nous avions une grande complicité depuis des années. Il m’a harcelé moralement pendant des mois me reprochant de ne pas faire mon travail, de me mettre tout le monde à dos. Tout cela est survenu à partir du moment où j’ai annoncé ma grossesse et pris un congé parental. À mon retour, j’ai trouvé une jolie jeune fille à ma place, il n’y avait plus d’ordinateur pour bosser. Grâce à mon travail, beaucoup de commandes ont étaient faites, puis durant un chantier une personne clé a démissionné, et il a fallu tout réorganiser pour livrer à temps, et à la fin il me dit que je n’ai pas fait mon boulot. Après des semaines défilées et avec des réflexions aussi agréables que tu n’es présent que pour te faire engueuler, tu te détrompes.Si tu poses une question, on ne te répond pas, et si tu ne demandes rien, on te reproche de ne pas parler. La vérité c’est surtout qu’il n’y a plus de boulot, qu’ils ont mal géré à prendre une autre personne, mais elle, elle ferme sa gueule et est naïve donc elle convient mieux. Il ne m’a pas proposé de me licencier, car il n’avait rien de sérieux contre moi, mais m’a gentiment demandé de lui avouer que j’en avais marre de travailler là. Pour lui il fallait que je démissionne. J’ai refusé, et on a négocié la rupture conventionnelle, à condition que je rembourse l’indemnité de départ qu’il me devait! Et c’est ce que j’ai fait, parce que le jour où j’ai réglé mes papiers, on m’a dit que maintenant je ne pars pas de là sans faire de chèque en retour. De la pression psychologique rien d’autre. Je n’ai pas eu la force d’affronter ce manipulateur égocentrique, je n’ai pas eu la force de lutter. Il arrivait à retourner contre moi tout ce que je lui disais, et à me prouver que c’est moi qui suis paranoïaque, et que c’est moi qui ai toujours un problème avec quelqu’un.

    Sortir de ma vie ces personnes a été les meilleurs choix que j’ai faits.

    Maintenant, je me pose des questions sur ce qui m’a dirigé à en arriver à ce point, et sur la manière de régler ces conflits d’une façon moins extrême!

    Mon état dépressif ne m’a pas aidé, mais je me dis que je suis sur la bonne voie puisque j’ai réussi à évacuer ces personnes toxiques! Tout ça reste douloureux pour moi et il me faut du temps pour le digérer.

    C’est très difficile d’identifier les personnes toxiques, surtout quand le fait de les côtoyer nous fait plus de mal qu’autre chose. En fait, je dirais que ce sont des personnes qui arrivent à s’immiscer dans notre psychologie pour atteindre leur but.

    Leur dire non c’est ne plus jamais avoir de leurs nouvelles, c’est se sentir libéré!

    Bonne enquête à tous pour les détecter!

    Pardon pour les fautes et mes mauvaises tournures de phrases!

    Lo

    1. Avatar de Jean-Baptiste
      Jean-Baptiste

      Bonjour Lo et merci pour ce retour d’expérience.

      J’imagine effectivement qu’il a fallu du courage pour parvenir à vous sortir de ces deux relations destructrices. Chapeau à vous. Comme quoi l’instinct maternel n’est pas à négliger.

      Je suis certain que ce commentaire pourra aider plus d’un lecteur.

      En espérant que vous retrouverez l’apaisement, je vous dis à bientôt.

      Amicalement,

  7. Avatar de Su
    Su

    Bonjour Jean- Baptiste,
    merci pour cet article. Quel soulagement de lire cela, de mettre un mot sur un comportement que les gens de l’extérieur ne voient pas! Quelle inquiétude aussi maintenant que le mot est posé! C’est mon Père que vous décrivez, dans sa volonté de blesser, d’écraser, de tout contrôler, de briller, son côté condescendant et « je sais tout », ou plutôt « je sais mieux que toi ».

    Mais voilà, on n’en coupe pas les ponts avec son père, alors comment gérer ?
    Et comment protéger mes enfants et mes neveux/nièces, qui ne sont pas en âge de comprendre ( 6 enfants, entre 1 et 10 ans ) ? Comment leur en parler?

    Et moi, je reconnais bien sûr en moi ce genre de comportements, j’ai baigné dedans pendant toute mon enfance…. Comment être sûre de ne pas devenir pareil en vieillissant? J’entends si souvent dire que l’on ressemble à ses parents.

    Auriez-vous des lectures à me conseiller ?
    Su

    1. Avatar de Jean-Baptiste
      Jean-Baptiste

      Bonjour Su.

      Je vous en prie, c’est moi qui vous remercie pour votre participation.

      Il est clair que quand la manipulation est familiale, la situation devient tout de suite plus pesante.

      C’est quelque chose dont j’ai fait l’expérience, et qui ne s’est malheureusement pas bien terminé (mon père a abandonné le navire, sans explications, il y a de cela presque 3 ans et je ne sais pas où il est).

      Cependant, on ne choisit pas ses proches. Cela implique parfois d’aller aussi loin que nécessaire pour résoudre les conflits.

      Avez-vous essayé le dialogue ? La démonstration des effets d’un tel comportement sur vous et le reste de votre famille ?

      Pour ce qui est de parler aux enfants, je ne suis pas certain que cela soit la meilleure chose à faire.

      Bien évidemment, vous pouvez leur dire de ne pas prêter attention quand les propos semblent agressifs, mais il ne paraît pas raisonnable de les monter contre votre père.

      Enfin, sincèrement, je ne pense pas que vous deviez avoir peur de « devenir comme cela ». En effet, votre commentaire reflète déjà une volonté de se départir de ce réflexe. Pas de panique donc, l’introspection est déjà en marche !

      De quel type de lectures voudriez-vous bénéficier ?

      Quoi qu’il en soit, je vous dis à bientôt ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *