Méthode Pomodoro : mieux gérer son temps pour gagner en efficacité

Que l’on soit un étudiant préparant ses examens, un artiste peaufinant une œuvre ou un comptable plongé dans des comptes, il est parfois difficile de gérer son temps de travail et de rester concentré sur une tâche de manière optimale.

La méthode Pomodoro fait partie de la panoplie des personnes efficaces.

Elle permet de se focaliser sur des tâches précises, d’optimiser notre capacité de concentration et d’éviter le multitasking.

La méthode Pomodoro, qu’est-ce que c’est ?

La méthode Pomodoro tient son nom d’un mot italien signifiant tomate.

Son créateur, Francesco Cirillo, a utilisé un minuteur de cuisine en forme de tomate comme son minuteur personnel, d’où le nom de la méthode.

Son essence : hacher son temps de travail en petites sessions de 25 minutes de concentration intense.

Le découpage se fait selon le principe suivant :

  • 25 minutes de travail
  • 5 minutes de pause
  • 25 minutes de travail
  • 5 minutes de pause
  • 25 minutes de travail
  • 5 minutes de pause
  • 25 minutes de travail
  • 30 minutes de pause

On parle alors d’un « cycle de quatre pomodoros ». Vous pouvez répéter autant de cycles comme celui-ci que nécessaire.

La technique Pomodoro nous montre l’importance de faire des pauses

L’un des grands intérêts de cette technique, c’est qu’elle nous force (et nous autorise) à prendre des pauses de manière très régulière.

En fait, cette technique part du principe que notre capacité de concentration est limitée dans le temps et que nous avons tendance à la surévaluer.

Nous sommes tous différents et avons des dispositions à rester attentifs inégales, mais au-delà de 30 minutes de travail ou de concentration, notre vigilance décroit chez la grande majorité des personnes.

Un étudiant qui suit un cours d’une heure n’est pas complètement concentré durant toute cette heure.

Son esprit se met en pause quelques secondes ou quelques minutes, parfois à des moments importants du cours.

Son cerveau a besoin de ces courtes pauses pour fonctionner.

L’idée de la méthode Pomodoro est de maîtriser ces interruptions et de les programmer à l’avance pour plus d’efficacité.

Que faire pendant les pauses ?

Certes, il est crucial de prendre des pauses, encore faut-il savoir comment les occuper.

De manière générale, une pause entre deux pomodoros ou entre deux sessions ne doit pas être occupée par une activité qui touche de près ou de loin au travail comme passer un appel téléphonique à un client ou encore consulter ses emails professionnels.

Il est aussi parfois tentant de consulter les réseaux sociaux, de passer le bonjour à un ami, d’envoyer un email à sa tante ou encore d’allumer la télévision si vous travaillez ou étudiez depuis votre salon, mais le risque est très grand que vous soyez embarqué dans une conversation ou encore que vous soyez tenté de lire un article partagé sur Facebook.

Difficile alors de se remettre au travail.

Pendant les pauses de cinq minutes, préférez des activités simples et qui vous éloignent de votre poste de travail (aller aux toilettes, se préparer un thé, fumer une cigarette, regarder par la fenêtre).

Durant les plus longues pauses, entre deux sessions, rompez avec votre environnement de travail.

Sortez humer délicieusement l’air limpide, faites une session de yoga, allez prendre une douche…

La méthode Pomodoro aide à lutter contre le multitasking

Un autre avantage de la méthode Pomodoro, c’est qu’elle nous aide à nous consacrer à une tâche unique.

Vous avez prévu de faire votre comptabilité pendant les 25 prochaines minutes ? Alors, ne faites que cela.

Ne jetez pas le moindre regard sur votre agenda, fermez tous les sites et toutes les applications qui ne sont pas utiles à votre travail immédiat et mettez votre téléphone en mode avion.

Le plus efficace est de coupler la technique Pomodoro à une liste de tâches très précise et comprenant des objectifs intermédiaires réalisables en 25 minutes.

Si par exemple vous révisez votre programme d’Histoire pour le bac blanc, ne prenez pas pour objectif : « apprendre le chapitre 3 dans l’après-midi ».

Prévoyez par exemple de relire telle partie les 25 premières minutes, puis de rédiger une fiche durant les 25 prochaines et ainsi de suite.

Travailler moins pour travailler mieux

Si cette méthode nous aide à organiser notre travail sur le temps court (quelques heures), encore faut-il aussi bien s’organiser sur des durées plus longues.

Combien de sessions de pomodoros convient-il de faire par jour ? Si notre concentration est limitée à court terme, elle l’est aussi au long de la journée ou de la semaine.

Notre motivation et nos capacités de focalisation dépendent bien entendu de chacun d’entre nous, mais aussi des circonstances.

Certains arriveront plus facilement à travailler de longues heures la veille d’un examen (ou d’une échéance professionnelle) qu’à un mois de celui-ci, tandis que d’autres trouveront difficile de gérer leur stress et préfèreront répartir leur travail sur un temps plus long.

De manière générale, notre concentration a tendance à baisser au fil de la journée au fur et à mesure que les heures de travail défilent.

La solution pour gagner en productivité n’est pas souvent de travailler plus longtemps, mais de travailler mieux et de bien organiser son temps de travail pour le rendre plus efficace.

Imaginez votre propre Pomodoro

La technique Pomodoro n’est qu’un cadre de travail parmi d’autres.

Elle nous invite à nous organiser, à structurer nos journées de travail en tâches facilement identifiables, le tout accompagné d’une check-list claire.

Mais libre à vous de l’adapter à vos propres besoins, à votre activité, à votre capacité de concentration, à vos contraintes personnelles et professionnelles.

Vous pouvez par exemple changer les durées de pause ou de sessions de travail (attention à ne pas trop les allonger).

Vous pouvez également choisir vos tâches en fonction de vos besoins et de vos envies.

La veille d’un examen de mathématique, n’hésitez pas à passer la journée sur cette matière, tandis que vous pourrez, le reste du temps, changer complètement de tâche chaque session ou même à chaque Pomodoro.

Que vous soyez étudiant, employé, chef d’entreprise ou encore travailleur indépendant, il n’y a pas une manière idéale universelle d’organiser son temps de travail.

Chacun doit trouver la sienne.

La méthode Pomodoro est une base, une source d’inspiration, un outil parmi d’autres dans votre panoplie.

À vous de vous l’approprier et de créer à partir d’elle votre propre modèle.


Publié

dans

par

Étiquettes :

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *