Choisir un métier : quelques conseils

Choisir un metierChoisir un métier qui vous plaise est fondamental pour être heureux.

Cela peut paraître superflu de le rappeler, mais vous passerez une très grande partie de votre vie au travail.

Il est donc essentiel de s’y sentir bien, que ce soit par l’intérêt que l’on porte au domaine d’activité dans lequel on évolue, par passion pour sa fonction ou par les liens d’amitié que l’on tisse avec ses collègues.

Si vous vous questionnez sur votre orientation ou votre réorientation, voici quelques points à prendre en considération pour choisir un métier qui vous corresponde à 100%.

Préparez-vous à choisir un métier qui n’existe pas

Notre environnement économique et technologique évolue à une vitesse vertigineuse.

Si bien que très vite, de nombreux métiers disparaissent tandis que de nouvelles professions voient le jour.

Personne n’aurait pensé il y a 20 ans devenir community manager en travaillant sur les réseaux sociaux.

Personne n’aurait imaginé la disparition si soudaine des laboratoires de développement de photos.

Les graphistes, les comptables ou les journalistes n’auraient pas pu imaginer à quel point leur métier serait transformé par les outils informatiques.

Des entreprises entières, à l’image des Pages Jaunes ou de la Poste ont dû revoir complètement leur manière de travailler après la démocratisation d’Internet.

En fait, le métier que vous ferez demain n’existe sans doute pas encore aujourd’hui. Avec un peu de chance, c’est peut-être même vous qui l’inventerez.

Choisir un métier pour lequel on est bon

Certes certains domaines embauchent plus que d’autres, mais il est globalement difficile de trouver du travail quelle que soit la branche.

Pour mettre toutes les chances de votre côté, évitez de choisir un métier pour lequel vous êtes médiocre. Dirigez-vous plutôt vers un domaine dans lequel vous excellez.

Vous aurez ainsi moins de mal à vous vendre et vous serez mieux reconnu dans votre profession, ce qui, entre nous, est très bon pour l’estime de soi.

Rien ne vous empêche de pratiquer en dehors du travail d’autres activités dans lesquelles vous n’excellez pas.

Vous pouvez vous entraîner au foot tous les soirs sans pour autant vouloir devenir le prochain Zlatan Ibrahimovic.

Si vous vous intéressez au droit, rien ne vous empêche d’œuvrer dans une association qui donne des conseils juridiques.

Votre vie ne s’arrête pas à votre métier.

Ne pas négliger ses conditions de travail

Certes lorsque l’on aime son métier et que l’on est doué, on pourrait travailler jour et nuit juste pour la gloire, mais attention à choisir un métier qui corresponde à votre mode de vie.

Le salaire a bien sûr son importance. C’est le principal curseur de votre niveau de vie, mais pas uniquement.

Pensez tout d’abord à regarder les horaires de travail, surtout si vous avez une famille à charge.

Devrez-vous travailler le week-end ou les jours fériés ? Vos journées seront elles extensibles ? Pourrez-vous prendre vos vacances quand vous le désirez ?

Les vies d’un veilleur de nuit, d’un guide touristique ou d’un agent administratif sont complètement différentes.

Pensez également aux conditions géographiques, aux obligations et possibilités de mobilité.

Choisir un métier qui vous convient, c’est avant tout choisir un métier qui vous permette de vivre là où vous le souhaitez.

Être agriculteur dans le 16ème arrondissement de Paris ou conducteur de métro sur une île est assez difficile.

Si vous avez besoin ou envie de flexibilité géographique, pensez aux métiers du web et à toutes les autres professions qu’il est possible d’exercer à distance via Internet.

Quelles possibilités avez-vous de changer d’employeur ou de poste ?

Être professeur pour l’Éducation Nationale par exemple, offre peu de possibilités de changer d’employeur ou de métier, mais vous donne certains avantages, notamment en cas de mobilité de votre conjoint.

Enfin, si pour vous « travail » doit rimer avec « liberté », si vous voulez que votre emploi s’adapte à votre vie et non l’inverse, pensez à l’entrepreneuriat, à créer votre propre entreprise ou à travailler en freelance.

Penser à la tâche plutôt qu’au secteur

Être médecin, enseigner la médecine, être journaliste médical, être représentant médical ou écrire des livres de vulgarisation sur la médecine ne sont pas du tout les mêmes métiers.

Au-delà du socle de connaissance commun, ces différentes professions nécessitent des aptitudes techniques, pédagogiques, rédactionnelles et commerciales différentes.

Elles s’adressent à des profils professionnels et à des personnalités très différentes.

Plutôt que de chercher dans quelle entreprise vous rêvez de travailler, demandez-vous surtout quel métier vous voulez y exercer.

Déjà parce que c’est votre métier qui définira à quelles aptitudes vous devrez vous former, mais surtout parce que c’est grâce à votre métier que vous vous vendrez.

Il n’y a pas de métier impossible

On a tous en tête des personnes qui font un métier de rêve, qui semble inaccessible au commun des mortels.

Dites-vous que ces jobs sont en fait occupés par de simples humains comme vous et moi.

Ils ont juste cru un instant qu’ils pourraient occuper ce job, et ils l’ont fait.

S’il était impossible de devenir astronaute, personne ne serait jamais allé dans l’espace.

Il y a des métiers plus difficiles à atteindre, soit parce qu’ils demandent une technicité importante, soit parce qu’ils sont très convoités.

Mais il n’existe pas de métier impossible.

Si vous avez les capacités et l’envie de faire un métier, rien ne doit pouvoir vous arrêter.

Soyez flexible

On nous rebat les oreilles avec le besoin de flexibilité dans les entreprises.

Il est vrai que notre société évolue très vite.

Non seulement 75% des enfants entrant à l’école cette année exerceront un métier qui n’existe pas encore, mais nous serons bientôt tous amenés à changer régulièrement de métier, à exercer plusieurs professions différentes au cours d’une vie.

Il faut donc se montrer prêt à changer en fonction de l’évolution des marchés, des besoins, et de ses propres aspirations.

Pour maîtriser ces évolutions plutôt que de les subir, misez sur la formation.

Vous devez être en permanence en train d’apprendre de nouvelles choses et de vous découvrir de nouvelles passions.

Enfin, un point important sera la capacité à être pluridisciplinaire, à créer des ponts, à être capable de créer de nouvelles spécialités ou apporter des compétences inédites à une profession.


Publié

dans

par

Étiquettes :

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *